Avis sur QDV7 et Quotex de Câblage Connectique Européen

Retrouvez le témoignage de M. Christophe JUNG, Chargé d’affaires sur le marché germanique au sein de l’entreprise CCE.
CCE est spécialisé dans la fabrication de câbles sur mesure. A l’issue d’une phase de tests, QDV7 Entreprise a été implanté avec succès auprès des différents Technico-Commerciaux.

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise et son activité ?

CÂBLAGE CONNECTIQUE EUROPEEN dont le métier est la réalisation de faisceaux, armoires et électro-montage a été créée en 1998. En pleine croissance puisque notre CA est passé de 8 m€ en 2008 à 14,5 millions. Cette année, notre croissance se situera entre 5 et 10 %.
CCE compte deux sites dont un en France (49 personnes) où l’on regroupe la partie logistique, une production pour des petites séries et une série à haute valeur ajoutée. Un site lowcost en Tunisie (180 personnes). Le site tunisien devrait finir l’année à 200/230 personnes.
Tous nos commerciaux sont d’anciens techniciens et ont une très bonne connaissance du produit et des process. Cela nous permet de répondre très rapidement aux clients et de ne pas passer par des services intermédiaires type achats ou technique, etc.

Quel poste occupez-vous et quelles sont vos responsabilités ?

Je développe le marché allemand depuis le 1er janvier 2015. Je travaille depuis 12 ans dans l’entreprise dans laquelle j’ai occupé différents postes. Je suis passé par la production, puis responsable de production en France puis du site tunisien pendant 8 ans.

Quelle solution de chiffrage utilisiez-vous et, pourquoi en changer ?

Nous utilisions la GPAO qui s’avérait peu souple, pas fiable du tout et peu agile dans la construction des offres.
Chaque offre est une demande spécifique pour laquelle nous partons d’une feuille blanche. Nous étudions plusieurs scénarios et il était très difficile de modifier un scénario en cours de route. Cela prenait un temps fou.
Elle ne permettait pas non plus de mettre en place des calculs automatisés sur les tailles de lots, sur les prélèvements au contrôle : on devait à chaque fois déterminer le nombre de pièces à contrôler.
On a besoin en fait d’aller très vite dans la modification de l’offre si l’on n’est pas sur la bonne piste ou que la taille du lot n’est pas optimum.
Christophe JUNG
Le chiffrage avec la GPAO n’offrait aucune flexibilité et l’on devait refaire tous les calculs de cadence intégralement à chaque variation d’une composante d’un scénario. Cela impactait notre réactivité et notre service client.

Quels étaient vos critères de sélection ?

Un outil simple à mettre en place et s’adaptant à notre métier. Celui-ci est très spécifique donc on est obligé d’adapter des outils de calcul et pas l’inverse.
Nous recherchions également une interface proche d’Excel que l’on connaît bien à un prix abordable.

Pourquoi avoir retenu notre entreprise ?

Le fait de pouvoir tester la solution en mode location avec une simple formation nous a séduits.
J’ai pu prendre en mains la solution, la paramétrer selon mes besoins et ma vision pour ensuite convaincre mes collaborateurs que cette solution était la plus adaptée des solutions étudiées.

Quels bénéfices avez-vous constatés ?

En tant qu’utilisateur principal, je trouve que QDV7 est d’une rapidité d’exécution et de remise d’offres incomparables : je gagne 30 % de temps et je n’exploite pas toutes les fonctionnalités. Y’en a encore sous le pied. Ce que je recherche le plus c’est vraiment avoir un outil où je me pose le moins de questions sur la fiabilité des chiffrages et des marges.
Aujourd’hui quand je fais une gamme, une offre je la construis sans me dire quelles sont les cadences. Je détermine les opérations (sertissage, poinçonnage, etc.) pour construire un produit et ensuite un mécanisme fait tous les calculs que je faisais avant avec la calculatrice.
Pour les études de scénarios, avec QDV7 on modifie juste les quantités et les formules de calcul puis des fonctions automatiques de cadencements, de temps de réglages, etc. se mettent à jour automatiquement pour donner les nouveaux résultats.
Avec nos abaques mis en place dans l’outil de configuration, une personne qui n’est pas experte peut faire des offres avec des cadences préétablies par les services productions français et tunisien sans avoir besoin de les interroger à chaque offre.
Avec la fonction indice, on garde une trace des différentes modifications qui ont été faites dans l’offre, ce qui nous assure un suivi des devis dans un seul logiciel.
Sur la maitrise des prix, on a une passerelle qui extrait régulièrement les tarifs des composants depuis notre GPAO : ça se fait très rapidement et c’est totalement transparent pour les utilisateurs.

Quelles sont les évolutions que vous envisagez ?

D’une part de connecter directement QDV7 à la base de données provenant de la GPAO : ça serait une évolution puisqu’aujourd’hui on utilise un Excel qui nous sert de passerelle.
Deuxième évolution serait d’envoyer directement de QDV7 les demandes de prix à nos fournisseurs présents dans la GPAO. C’est une réflexion que nous menons avec la société QUOTEX.